Églantine et les ouinedoziens – Épisode 13 – Le débriefing

Églantine fait un débriefing avec Monsieur Lessig et le directeur du projet sur ce qui vient de se passer durant la réunion.
Elle commence par leur demander s’ils veulent vraiment avoir son point de vue.

Certains projets informatiques ont des problèmes… certains projets informatiques sont un problème.
Les épisodes 12 à 14 parlent d’un projet informatique qui est un problème.
Il est fortement conseillé de prendre tous les conseils d’Églantine avec des pincettes…

Début…

Églantine arrive dans le bureau de Monsieur Lessig, suivie de près par Monsieur Dantou. Elle montre ostensiblement son énervement et demande à Monsieur Lessig :
– Vous voulez mon avis, ou vous voulez que je flatte votre ego ?
Monsieur Lessig est surpris de cette entrée en matière. Il demande :
– Comment ça ?
– Je viens de passer un très mauvais moment avec vos développeurs.
– Avec la maîtrise d’œuvre, vous voulez dire…
– Effectivement, les personnes que je viens de voir n’ont rien de développeurs.
– Comment ça ?
Églantine jette un regard noir à Monsieur Lessig. Elle lui répond :
– Votre maîtrise d’œuvre, ce sont des personnes qui ne comprennent rien à l’informatique mais savent faire des phrases sans intérêt.
– …
– D’où je viens, tout le monde est plus ou moins développeurs. Et ce que j’ai vu, ce n’en est pas.
Monsieur Lessig sent qu’il faut changer de sujet. Il demande :
– Quel est votre état d’esprit ?
– Je ne sais pas trop si je peux vous le dire.
– Vous pouvez dire du mal des informaticiens que vous avez vus, cela ne me pose aucun problème.
Églantine fait une pause, puis répond :
– Je n’ai pas envie de dire du mal que de ces personnes.
– Ah…
– Les informaticiens ne vous ont pas mis dans la situation qui est la vôtre, ils n’ont fait qu’en profiter… tout au plus.
– Ce n’est pas ça le problème, de profiter des autres ?
Églantine ajoute :
– Ceux qui savent profitent de ceux qui ne savent pas, si c’est leur intérêt. En informatique, comme dans tous les autres domaines. Vous ne l’avez jamais fait ?
Monsieur Lessig ne sait pas quoi répondre. Églantine poursuit :
– Vous avez besoin d’une personne de confiance qui saurait discuter technique.
Monsieur Lessig hésite, puis il dit :
– Il y a vous pour le moment.
– C’est tout ?
– J’ai bien peur que oui.
– Je ne suis pas très étonnée de votre réponse quand je regarde votre système informatique.
– Je sais, mais…
Églantine coupe Monsieur Lessig.
– Mais rien du tout. J’ai passé trois jours dans votre entreprise et je peux déjà vous donner deux noms de personnes dont l’intérêt personnel est celui de cette entreprise, et qui en savent au moins autant que moi en technique.
– Très bien. Vous pouvez me donner leurs noms ?
– Non, je sens que j’ai encore besoin d’évacuer de l’énervement.

Un lien vers le sommaire de la série,
http://eelo.lgm.free.fr/sommaire.html

Articles relatifs

Pfff

Pfff

Né en 1976, j'ai découvert le web par un modem RTC et des factures astronomique vers 20 ans... depuis le doigt, la main le bras et le corps entier ou presque y est passé! Mon aventure linuxienne debute vers 2003 ou je teste une Mandrake (ancien nom des Mandriva), puis pour des raisons de compatibilité matérielle, je passe sous Fedora. J'adopterais définitivement (enfin jusqu'à aujourd'hui au moins) Ubuntu en 2005 avec la 5.10 Breezy Badger. En tant que Linuxien et passionné de logiciel libre, je créé en 2006 Webynux.net.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Églantine et les ouinedoziens – Épisode 12- La réunion de projet

M. Lessig demande à Églantine d’assister à une réunion projet.
Elle n’aura pas le droit d’intervenir pendant la réunion.

Certains projets informatiques ont des problèmes… certains projets informatiques sont un problème.
Les épisodes 12 à 14 parlent d’un projet informatique qui est un problème.
Il est fortement conseillé de prendre tous les conseils d’Églantine avec des pincettes…

Églantine est en intervention. Elle est tombée pour la énième fois sur une utilisatrice qui ne retrouve plus les raccourcis pour ses applications métiers. Comme d’habitude, son bureau est inondé d’icônes diverses et variées.
Églantine commence à aimer ce genre d’intervention. Elle passe pour un génie de l’informatique sans trop se fatiguer. Comme il faut environ dix secondes pour retrouver les icônes d’applications et cinq secondes pour classer tous les fichiers dans un dossier temporaire, une intervention peut durer entre quinze secondes et… plus longtemps. Cela dépend de la discussion qu’elle peut avoir avec l’utilisateur, ou l’utilisatrice dans le cas présent.
Après quelques échanges de courtoisie, Églantine demande :
– Vous utilisez un ordinateur chez vous ?
– Non, c’est mon mari qui fait tout ça.
– Tout ça quoi ?
– Jouer, regarder la météo, tous ces trucs-là.
– Ah…
– Vous savez, je suis trop nulle avec les ordinateurs. Je n’y comprend vraiment rien.
– Ça ne vous a jamais tenté d’apprendre ?
– Non, je suis trop nulle, ça ne servirait à rien d’apprendre.
La sonnerie du téléphone portable d’Églantine retentit. Elle regarde le numéro appelant. C’est Monsieur Lessig. Elle s’adresse à l’utilisatrice :
– Excusez moi, je dois prendre cet appel.
– Je vous en prie.
– Je reviens tout de suite.
Elle sort du bureau en décrochant son téléphone et demande :
– C’est vous Monsieur Lessig ?
– Oui.
– Encore en train de jouer ?
– Non. J’ai besoin de vous tout de suite. Pour une affaire urgente.
– Ah…
– Vous pouvez être à mon bureau dans combien de temps ?
– Entre cinq et dix minutes.
– Très bien, je vous attends dans mon bureau dans 5 minutes.
Il raccroche. Églantine n’a pas le temps de se poser de question. Elle a du ménage à faire. Elle entre de nouveau dans le bureau. L’utilisatrice ne s’est toujours pas ré-installée devant son ordinateur. Elle dit :
– Je vous attendais, je ne voulais pas faire de bêtises…
Églantine s’installe devant l’ordinateur, crée un répertoire de rangement, y place tous les fichiers dont les icônes inondent le bureau et met en évidence les trois icônes vers les applications métiers. Elle annonce :
– Voilà, votre bureau est comme neuf.
– Mon bureau ?
– Votre fond d’écran est comme neuf.
L’utilisatrice regarde son écran et s’écrie :
– Merci beaucoup. C’est super.
– Ce n’est rien, bonne fin de journée.
Églantine n’a pas fini sa phrase qu’elle est en train de sortir du bureau, direction les ascenseurs.

Un lien vers le sommaire de la série,
http://eelo.lgm.free.fr/sommaire.html

Articles relatifs

Pfff

Pfff

Né en 1976, j'ai découvert le web par un modem RTC et des factures astronomique vers 20 ans... depuis le doigt, la main le bras et le corps entier ou presque y est passé! Mon aventure linuxienne debute vers 2003 ou je teste une Mandrake (ancien nom des Mandriva), puis pour des raisons de compatibilité matérielle, je passe sous Fedora. J'adopterais définitivement (enfin jusqu'à aujourd'hui au moins) Ubuntu en 2005 avec la 5.10 Breezy Badger. En tant que Linuxien et passionné de logiciel libre, je créé en 2006 Webynux.net.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Ce n’est pas du vol, c’est juste du commerce bien organisé

C’est par cette constatation troublante que débutent les aventures d’Églantine (informaticienne) et de Monsieur Lessig (Chef d’entreprise), personnages principaux de la série « Églantine et les ouinedoziens, la grande migration ».
http://eelo.lgm.free.fr/index.html

Nous devrons tous maîtriser l’outil informatique sous peine d’être des exclus de la société.
Les ordinateurs n’ont rien de magique, ils ne sont que des outils.
Plus libres ils seront, plus libres nous serons.
Ce sont ces notions essentielles qu’Églantine va tenter d’inculquer à Monsieur Lessig pour lui permettre de maîtriser ses outils informatiques.

Pfff

Pfff

Né en 1976, j'ai découvert le web par un modem RTC et des factures astronomique vers 20 ans... depuis le doigt, la main le bras et le corps entier ou presque y est passé! Mon aventure linuxienne debute vers 2003 ou je teste une Mandrake (ancien nom des Mandriva), puis pour des raisons de compatibilité matérielle, je passe sous Fedora. J'adopterais définitivement (enfin jusqu'à aujourd'hui au moins) Ubuntu en 2005 avec la 5.10 Breezy Badger. En tant que Linuxien et passionné de logiciel libre, je créé en 2006 Webynux.net.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus